Nos services

Nos salles de réception

Deux vastes salles de réception, avec possibilité de cuisine, vous permettront d’accueillir vos visiteurs en toute sérénité après les obsèques.


Nos salles de réception

Nos Funérariums

Nos funérariums (six salles) sont accessibles de 8h à 20h (7j/7). Une large plage horaire est possible pour offrir à toutes les personnes désirant rendre un dernier hommage à leur proche de pouvoir le faire sans contraintes de temps. Cette disponibilité permet également de rendre le travail de livraison des services afférents, les fleuristes par exemple, plus aisé.

 


Funérarium Fontaine


Funérarium Fostier


Hall de réception


Intérieur Salon

Nos véhicules

Nous disposons d’une vaste flotte de véhicules récents de marque Cadillac et Lincoln.
Grâce à une moto, nous signalons sur la route le déplacement et offrons ainsi une certaine sérénité quant à la fluidité de l’accompagnement du cortège.


Nos véhicules

Nécrologie

« Nous pouvons assurer pour vous la rédaction et l’insertion de votre avis nécrologique dans la presse belge et internationale ».
Nous effectuons aussi :

  • Les toilettes mortuaires
  • Pratiques de l’embaumements effectués par Denis Fontaine
  • L’installation de deuil à domicile : tentures et chapelle
  • La crémation
  • Les réceptions après funérailles
  • Les funérailles dans toute la Belgique
  • Les transferts à l’étranger par voiture ou avion
  • La fabrication et le placement de monuments funéraires
  • L’ouverture des concessions, caveaux, columbarium
  • L’impression des cartes souvenir et de remerciements avec ou sans photo
  • L’offre d’une vaste gamme de fleurs en soies
  • La réalisation de photos en porcelaine en couleurs ou noir et blanc dans toutes les formes
  • L’offre d’une large gamme de cercueils en chêne, acajou (le polyester étant totalement interdit).
  • Le placement de tous types de croix pour les cimetières.

Historiquement, l’embaumement était réservé aux classes aisées des sociétés antiques qui désiraient que l’enveloppe charnelle traverse l’épreuve de la mort pour voguer vers l’éternité.

Aujourd’hui, l’embaumement, appelé aussi thanatopraxie, consiste à ralentir temporairement le processus naturel de décomposition.

Tout d’abord, le thanatopracteur déshabille, nettoie et désinfecte le corps du défunt. Ensuite, il draine le sang via le système circulatoire par le biais de deux petites incisions au niveau du cou. Il injecte alors un produit antiseptique et aseptique dans le but de limiter la prolifération de bactéries et de ralentir la dégradation des cellules. En outre, il faut aussi évacuer le gaz concentré dans le corps.

Afin de rendre le défunt au domicile de la famille ou au funérarium dans une apparence impeccable, le thanatopracteur procèdera au méchage des orifices naturels et refermera les incisions. Il terminera l’embaumement par un maquillage naturel. Selon l’endroit de repos du corps (caveau par exemple) et la concentration des fluides injectés, un corps embaumé reste conservé entre 30 et 50 ans. Il est important de savoir que les médicaments absorbés éventuellement par le défunt ou le fait d’avoir subi un traitement lourd n’aura aucune incidence sur l’embaumement. Par contre, lorsqu’on parle de reconstruction, le travail du thanatopracteur améliorera bien sûr l’apparence du défunt, mais en cas de mutilations sévères, les résultats seront forcément limités.

Pourquoi pratiquer un embaumement ?

  • Quelques familles tiennent à conserver le défunt le plus longtemps possible dans un état proche de l’apparence naturelle.
  • Dans le cas d’accident, d’une maladie ou d’un suicide qui nécessite une reconstruction du visage. L’image du défunt ainsi recréée facilite le travail de deuil.
  • Dans l’attente d’un retour de l’étranger d’un membre de la famille.
  • Lorsque le corps doit être emporté à l’étranger, la législation de certains pays impose l’embaumement.
  • Cette technique permet en outre aux proches de veiller un corps aseptisé.

Il existe trois types de parcelles de terrain disponibles dans les cimetières :

La terre commune

C’est une inhumation en pleine terre, valable uniquement pour les personnes domiciliées ou décédées sur le territoire de la commune d’inhumation. Elle est gratuite mais n’est attribuée qu’à une seule personne et pour une durée de 5 ans. La plupart du temps, la durée d’inhumation en terre commune va au-delà des 5 années. De plus, l’administration communale doit toujours informer la famille par avance de la radiation de la parcelle et ce dans un délai d’un an. Les parcelles sont indépendantes les unes des autres et n’engendrent aucune promiscuité qui pourrait incommoder les proches des défunts qui y reposent. Attention, il n’est pas possible de racheter une terre commune pour la transformer en concession (voir ci-après). Par contre, chaque défunt ayant droit à une sépulture, les proches peuvent, s’ils le souhaitent, placer un monument ou une pierre tombale sur le terrain. Lors de la radiation de la parcelle, la famille devra reprendre son monument. Si elle ne se manifeste pas, l’administration communale peut détruire le monument.

La concession

C’est une inhumation en pleine terre, pour 1, 2, 3 ou 4 personnes. La durée de validité est de 20 ans et maximum 30 ans. Le prix et la durée varient en fonction des communes. Pour le grand Charleroi par exemple, une concession pour 1 personne coûte 520€ et 2 personnes 940€ pour 20 ans. Si le défunt n’est pas domicilié sur le territoire communal où il va être enseveli, le prix de la concession peut aller jusqu’à quadrupler ! Il faudra acheter le monument ou la pierre tombale par la suite. La concession est renouvelable lorsqu’elle arrive à terme

Le terrain pour caveau

C’est une inhumation dans une cellule en béton, le corps n’est pas à même la terre, contrairement à la terre commune et la concession. De ce fait, il est permis d’acquérir un caveau de son vivant sauf dans quelques rares communes comme Châtelet, par exemple. La parcelle peut accueillir 1, 2, 3, ou 4 personnes, pour une durée de 30 ans. Le prix varie dans ce cas aussi selon les communes. Pour le grand Charleroi, l’espace de terrain nécessaire pour construire les fondations d’un caveau de 1 à 2 personnes coûte 1 450 € pour 30 ans. Certaines communes vendent le terrain et le caveau, il vous faudra acheter le monument ou la pierre tombale ultérieurement. Le terrain est renouvelable à son terme. Attention, tout comme la concession, le prix du terrain pour le caveau varie énormément si le défunt n’est pas domicilié sur le territoire communal de son inhumation. Dans le cas où le caveau aurait été acheté anticipativement, seules des taxes communales éventuelles pourraient être requises.

Appelée aussi « incinération », elle consiste à incinérer le corps du défunt et à rendre les cendres à la famille.
La loi prévoit ensuite plusieurs possibilités :

  • La famille peut reprendre les cendres au domicile sur simple demande.
  • On peut choisir de disperser les cendres au crématorium. La dispersion se passe sur une petite parcelle de terrain prévue à cet effet.
  • Les cendres peuvent être dispersées dans un cimetière.
  • L’immersion en mer est aussi autorisée. Dans ce cas, on descendra dans l’eau une urne cinéraire immersible et biodégradable.
  • L’inhumation des cendres ou leur dispersion sur un terrain privé désigné par le défunt est permise sur simple demande de la famille.
  • Il est autorisé de placer une urne cinéraire dans une concession, qu’elle soit déjà existante ou qu’elle soit nouvellement acquise. On peut procéder de la même façon en insérant l’urne dans un caveau. Si la place du défunt n’était pas prévue, il faudra ajouter une taxe communale à payer.
  • Les cendres peuvent être inhumées également en terre commune.
  • Les cendres peuvent être conservées dans un columbarium. C’est un petit logement où l’on peut disposer 1 à 2 urnes pour une durée et un prix qui varient selon les communes. Pour le grand Charleroi, cela coûte 450 € pour 20 ans pour 1 personne, 200 € supplémentaires seront demandés pour la deuxième urne. L’urne peut être placée dans le columbarium du cimetière ou du crématorium de son choix. Selon les communes, les proches peuvent déposer une plaque nominative personnalisée ou, au contraire, doivent s’en tenir à celle imposée par les normes communales.
  • Il est également possible de transporter les cendres à l’étranger. La famille peut, en toute légalité, effectuer ce transport elle-même, en voiture. Si le transfert implique un voyage en avion, c’est faisable également, mais une procédure doit être respectée. N’hésitez pas à demander à votre entrepreneur de pompes funèbres d’effectuer toutes les démarches en ce sens.